Dimanche 15 juillet 2012

« Vous êtes redoutable, vous ! À vous distiller à petites doses comme ça depuis trois jours… Un petit bout de cuisse le matin… Le bas des fesses le soir… La toison le lendemain… Vous me le rendez fou mon Rémi… Il ne pense plus qu’à ça… Il ne vit plus que pour ça… Il ne parle plus que de ça… Vous l’auriez entendu hier soir ! Surexcité il m’est revenu… “Ça y est ! Ça y est ! Enfin ! Je l’ai vu son fendu… Tout-à-l’heure… Entraperçu plutôt… Parce qu’à toute vitesse elle a fait ça… Sans me laisser le temps… Elle recommencera, tu crois ? Elle t’a pas dit ? Oh, si ! Elle va recommencer, hein ! Tu me promets !” Comme si ça dépendait de moi ! » « Un peu quand même ! » « Oh, mais allez-y ! Tant que vous voudrez… Allez-y ! C’est pas moi qui vais vous reprocher quoi que ce soit… J’y trouve largement mon compte… Vu l’état dans lequel ça me le met… » « On va encore faire monter la pression alors ! Toute la journée… Jusqu’à ce soir… Et puis demain matin on lui fera un cadeau royal… Tout il verra… Et tout le temps qu’il voudra… Mais lui dites pas ! Qu’il ait la surprise… »

Ils ont précipitamment ramené le drap sur eux… Avec un petit air coupable… « Bonjour, Messieurs… » Il y en a un qui a vaguement bredouillé quelque chose… L’autre n’a même pas attendu que j’aie refermé complètement la porte… « Et tu remets ça ! » « Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a encore ? » « Tu crois que j’ai pas vu comment tu lui matais le cul à celle-là ? » « Non, mais ça va pas ! T’es pas bien… » « C’est ça, prends-moi bien pour un imbécile… T’arrêtes pas… Dès qu’il y a une meuf qui passe, faut que tu la reluques comme un meurt-de-faim… Déjà l’autre petite dinde avec ses airs de Sainte-Nitouche… Et maintenant celle-là… »

À côté, Christa riait tout ce qu’elle savait… « C’est moi la dinde… Oh, mais il va me payer ça… Je vais le lui soulever son mec… Ça, il y a pas photo… Bon, mais tu sais ce qui va se passer maintenant ? Dommage que t’aies pas le temps, toi… Il faut que tu continues avec tes petits déjeuners… Oh, mais je te raconterai… Non, parce qu’un bon moment ça va s’engueuler… Au moins un quart d’heure… Des fois c’est plus… Et puis après ça va se réconcilier sur l’oreiller… Et là chaud de chez chaud ça va être… »

L’ex-226 avait, une fois de plus, l’œil rivé au trou qu’il avait ménagé dans le mur… « Elle doit s’en donner à cœur joie, elle, maintenant que son mari est parti, non ? » « Ben non, justement… Non… Elle se balade toujours à poil, ça, oui… Mais pour le reste, c’est le calme plat… » « Parce qu’il y a plus le mari… C’est ça qui l’excitait… » « Ah, ça, c’est sûr… » « Ben, vous avez plus qu’à attendre qu’il revienne… » « Sauf qu’il reviendra pas… » « Comment vous savez ça, vous ? » « Parce que j’ai passé l’après-midi d’hier à la piscine avec elle… » « Je vois… Monsieur place ses billes… » « Vous croyez pas si bien dire… Je veux pas vendre la peau de l’ourse avant de l’avoir tuée, mais à mon avis ça devrait le faire… Aujourd’hui… Demain au plus tard… Elle sera dans mon lit… Ou moi dans le sien… » « Et elle se caressera pendant que vous dormirez… » « J’y ai pensé… C’est pas impossible… » « C’est même plus que probable… » « Oh, mais je serai aux aguets… Elle m’aura pas comme ça… »

La 109 avait un message pour moi… « Elle m’a dit de vous dire que vous l’attendiez pas votre copine Angèle… Elle repassera pas ici… Elle vous téléphonera dans les tout prochains jours… » « Elle est partie avec un mec, j’parie… » « Non… Deux… En Autriche ils sont… En tout cas elle a un de ces culots… » « Ah, ça ! À qui le dites-vous ! » « C’est carrément qu’elle leur propose aux mecs… Et dans des termes… J’oserais jamais, moi ! Ce qui ne manquait pas de la surprendre… “Ben, pourquoi ? Qu’est-ce tu risques ? Au pire de te prendre un rateau… Parce que tu lui plais pas au mec… Ou parce qu’il est encore au Moyen-Âge… Qu’une femme qu’a envie de sexe et qui l’assume, ça le perturbe… C’est son problème… C’est pas le tien…” Elle a raison… Évidemment qu’elle a raison… Mais moi, je peux pas… C’est plus fort que moi… Leur laisser voir passivement aux types qu’ils me plaisent… Que je suis dispo… Ça, oui… Il y a pas de problème… Ça marche ou ça marche pas… Ça marche rarement d’ailleurs… Mais au-delà… Foncer, bille en tête, j’en suis complètement incapable… Et ça me pénalise… Parce que là, je peux vous dire que je l’ai vue la différence… Ah, on en a eu du matériau… Pour reprendre son expression à Angèle… Ils demandaient pas mieux que de nous rendre service tous ces petits troufions… D’autant qu’avec le 14 juillet ils les avaient un peu lâchés dans la nature… Alors, pour donner, ça a donné… On a pas débandé de trois jours, oui… Trois, quatre, à la file je m’en suis payé des fois… Et même… En même temps… J’ai essayé de compter, là, en revenant, combien j’en ai eu au juste… Ben, j’ai pas réussi… C’est entre dix et quinze, ça, je suis sûre… Mais exactement… J’en sais rien… Surtout qu’il y en a avec qui j’ai remis le couvert le lendemain… Ou le surlendemain… En tout cas comment ça m’a fait du bien ! Juste s’éclater, comme ça, sans penser à rien d’autre… Avec des types jeunes et vigoureux qui pensent à rien d’autre non plus… Qu’à jouir et à faire jouir… Non… La difficulté maintenant, ça va être d’atterrir… De réhabiter le quotidien… À moins que… » « Vous y repartiez… » « Voilà, oui… J’y pense… Mais ça me fait peur… J’ai peur de m’apercevoir que toute seule, sans Angèle… »

« Bingo ! » Exactement comme elle l’avait prévu Christa ça s’était passé… « Ils se sont pris un bon moment la tête… Ils se sont fait la gueule… Et puis finalement… Ça s’est bécoté… Ça s’est caressé… Ça s’est câliné… Ils ont été l’un dans l’autre… À tour de rôle… » « T’as dû apprécier… » « Tu parles si j’ai apprécié ! J’avais mis en gode en batterie… Celui qui fait plusieurs trucs à la fois… Et hardi petit… En me disant que c’était moi à la place de celui aux yeux bleus… Et justement à ce propos… Je voulais te demander… C’est vraiment vrai ce que tu m’as dit hier ? Pour les moulages… C’est pas des conneries ? » « Techniquement, c’est hyper simple… Je l’ai assez vue faire ma copine Cynthia… Non… La difficulté… Tu te vois aller leur dire à ces deux types… “Excusez-nous, mais on voudrait vous mouler la queue…” Je pense qu’on se ferait recevoir quelque chose de bien… » « Ça, c’est sûr… Surtout par l’autre, là… Celui qu’est jaloux comme une teigne… Non, mais ça je sais bien… Eux, c’est même pas envisageable… C’est au Rémi de la 404 que je pensais… Parce que lui, hier, t’avais l’air de dire que peut-être… » « Je fais ce qu’il faut pour… Et je crois que c’est en bonne voie, oui… » « Génial ! Je vais me le prendre dans le collimateur alors lui en attendant… Vivre plein de trucs avec… En y pensant… Mais ça sera ressemblant au moins le résultat ? » « Copie conforme… Dans les moindres détails… Mais le mieux… Tu veux voir ce que ça donne ? Viens, je vais te montrer… »

« Je savais pas que t’avais une chambre ici, moi… Dans l’hôtel… » « J’y dors jamais… Tout au plus si j’y monte un peu, quelquefois, dans la journée… M’y reposer cinq minutes… » « T’y reposer ou bien autre chose ? Parce que comment ça doit être tentant d’avoir ça sous la main… Elles sont où ? Là ? Wouah ! On en dirait une vraie… Exactement pareil… Elle est à qui ? » « Barnabé… Un copain… » Elle a avancé la main… « Je peux ? » « Ben, évidemment  ! » Elle l’a lissée… Enrobée… Caressée tout en haut du bout du pouce… « Même au toucher ça ressemble… Tout doux… Et en même temps… C’est trop, ça ! » Elle l’a reposée… « Il le saura ton copain que tu me l’as montrée ? » « J’ai aucune espèce de raison de lui cacher… » « Qu’est-ce qu’il va dire ? » « Il va me demander si je te l’ai prêtée… Si tu t’es amusée avec… » « Oh, tu crois ? » « Je suis prête à parier tout ce que tu veux… »

Il y avait quelque chose qui lui ferait plaisir à Armand ? Mais alors là vraiment plaisir ? « Parce que c’est toujours vous qui pensez à moi… Qui me faites des cadeaux… Un peu à mon tour… » Il y avait, oui… « Si je pouvais dormir avec vous… Tout contre vous… Au moins une fois… » « Venez ! »