Lundi 16 juillet 2012

« On fait comme ça ? » « Allez ! » Je me suis déshabillée… Le bas… Uniquement le bas… Mais tout le bas… Je me suis installée dans le fauteuil, près de la fenêtre, une jambe passée, de chaque côté, par-dessus les accoudoirs… Et on a attendu… Pas bien longtemps… La porte de la salle de bains a glissé… Il s’est figé, stupéfait, les yeux écarquillés… « Ben, reste pas planté là ! Va la voir de près sa petite chatte… Depuis le temps que t’en rêves… » Il ne se l’est pas fait répéter deux fois… Il s’est précipité… Agenouillé… « Merci ! Oh, merci… Merci… » Elle a aussitôt précisé… « Mais pas touche, hein ! Sinon ça s’arrête tout de suite… » Il n’a pas touché… Il a regardé… Contemplé… De tout son être… Il s’est gorgé de moi… Longuement… « Tu mouilles… Elle mouille… » Et il a levé vers sa femme un regard suppliant… « Ah, non ! Non ! Ça, il en est pas question… C’est avec moi ça… Et rien qu’avec moi… » Ça a été avec elle… Mais sans me quitter des yeux… Quatre ou cinq coups de boutoir… Très vite… Il a rugi… C’était fini…

La chambre de l’ex-226 était vide… Le lit pas défait… Il a brusquement surgi derrière moi… «J’ai dormi à côté… » « Oui, ben ça, j’me doute… Et alors ? C’est un bon coup cette voisine ? » « Plutôt, oui… Avec moi, au moins, elle jouit… » « Vous êtes bien un mec… » « Pourquoi vous dites ça ? » « Non… Comme ça… Pour rien… » « Et vous savez quoi ? C’est depuis le début qu’elle me lorgnait, comme ça, du coin de l’œil… Qu’elle crevait d’envie qu’il y ait quelque chose tous les deux… C’est pour ça qu’elle l’a laissé repartir tout seul au boulot le mari… Qu’elle a voulu rester quelques jours de plus… En se disant que peut-être… « Et du coup, c’est à vous qu’elle pensait, si ça tombe, la nuit, en se branlant… « Ça, c’est pas impossible du tout… En attendant, vous savez ce que je me dis ? C’est que si elle, elle a flashé comme ça sur moi sans que je m’en rende compte, il y en a peut-être d’autres… Que j’aurais tout intérêt à regarder plus attentivement autour de moi… » « Et à qui vous pensez ? » « Vous vous doutez bien un peu, non ? » « Oui, ben alors ça… Même pas en rêve… »

« Jamais t’aurais dû me la montrer la queue de ton copain, là, hier… Parce que j’en ai pas dormi de la nuit, moi ! » « Tu t’en fous… T’es en vacances… » « D’autant que les deux autres à côté, ils en étaient de la comédie… Et pas qu’un peu… Alors moi, j’imaginais des tas de trucs… Que t’avais réussi à les leur mouler leurs bites… Je les prenais avec… Je les leur faisais sucer… Tout ça… Ils aimaient… Ils adoraient même… T’es sûre que tu pourrais pas ? » « Je vois pas comment… » « Tu devrais y arriver pour Rémi, t’as dit… Alors pourquoi pas eux ? » « Parce que eux il y a qu’un mec qui pourrait les convaincre de faire un truc pareil… Ça me donne une idée, tiens, d’ailleurs… » « Laquelle ? » « Je te dirai… Mais d’abord faut que je creuse… Que je réfléchisse… »

Comment elle était fière d’elle l’Alexandra de la 109… « Vous avez vu ça hier ? Les deux randonneurs qu’ont débarqué… Franco j’y suis allée… Il y a seulement huit jours jamais j’aurais osé… Mais là je me suis dit… “Faut que t’y ailles, ma fille ! Faut que tu y ailles… Toute seule… Comme une grande… C’est maintenant ou jamais…” J’en menais pas large, mais bon… Je l’ai fait… Résultat : près de deux heures on a discuté tous les trois… Et je pars en rando tout-à-l’heure avec eux… Et ça va le faire… C’est obligé de le faire… Remontée comme je suis…

La 401… « Oui… Entrez ! » Une nana… Une nana qui chevauchait son mec… À découvert… Et de bon cœur… « Il y a quelqu’un, Vanessa… » « Je le sais bien qu’il y a quelqu’un… Et alors ? C’est sûrement pas la première fois qu’elle voit des culs… Ni un couple en train de niquer… » Et elle s’est acharnée de plus belle… « Elle est toujours là… » « Ben, faut croire que ça lui plaît… » Une dizaine de coups de rein emportés… Elle a gémi… Elle a joui d’une voix sourde… Haletante… S’est retournée… Est retombée… « Putain ! Mais tu peux pas la boucler quand on baise ? C’est à chaque fois pareil… Une fois pour une chose… Une fois pour une autre… C’est d’un pénible, ça ! » « Ben, oui, mais… » « Mais quoi ? Elle en a pas perdu la vue… Faut toujours que tu fasses un plat de tout… » Elle m’a souri… « Qu’est-ce vous nous apportez de bon à manger ? J’ai une de ces dalles, moi, maintenant ! »

Christa a voulu la revoir… « Ça te gêne pas ? » « Bien sûr que non… » Elle l’a soupesée…  Cajolée… A fait mine de la porter à la bouche… « Si en plus elle crachait, ce serait vraiment le top du top… Mais bon… Faut pas trop en demander… » « Tu sais que je l’ai eu au téléphone ? » « Qui ça ? Ton copain ? Ah, oui ? Tu lui as dit ? Et alors ? » « Et alors c’est la première chose qu’il m’ait demandée… “Elle s’en est servie ?” Mais ça, j’étais sûre qu’il me la poserait la question… » « Et t’as répondu quoi ? » « Que non… Mais que t’en crevais d’envie… » « T’es chiée quand même ! » « C’est pas vrai peut-être ? » « Ben si ! Oui… Mais t’étais pas obligée de lui dire… » « Ça l’a fait délirer comme un fou… Il s’est mis à imaginer des tas de trucs… Qu’on le faisait toutes les deux… Côte à côte… En même temps… Avec chacune un moulage de sa queue… » « Ben, oui… Mais c’est pas possible, ça… Il en faudrait deux… » « Mais j’en ai deux ! » « De lui ? De la sienne ? Qu’est-ce tu fais avec deux ? » « Faut pas que je te fasse un dessin quand même ? » « Ah, ben d’accord ! T’es pire que moi dans un sens… » « Tu vois qu’on pourrait si on voulait… » « Oh, c’est pas moi que ça dérangerait… Je le ferais pas avec n’importe qui, mais avec toi, non, ça me dérangerait pas… Et même… » « Et même ? » « J’aimerais bien, je crois… Beaucoup… »

« Hou la la ! Eh, ben dis donc ! » « Oui, hein ! » « En même temps on a joui en plus… » « La première fois… Parce qu’après dans tous les sens c’est parti… Et puis alors ! J’ai rarement pris un pied comme ça, moi… » « J’ai vu… » « Oui… Oh, ben t’étais pas mal non plus dans ton genre… » « Tu pensais à quelque chose ? Tu pensais à quoi ? » « À rien… Je me laissais porter… Emporter…C’était la queue de ton copain… C’était lui… Ça t’excitait que je couche avec… Je le voyais bien… Ça m’excitait que ça t’excite… Et toi, du coup encore plus… Comme ça à l’infini… Tu vas lui raconter ? » « Un peu que je vais lui raconter ! » « Tu me diras ? » « Évidemment ! » « Ce qui va nous redonner envie… On recommencera, hein ! C’était trop bien… » « On recommencera… » « Mais alors… Si ça t’ennuie pas… C’était bien côte à côte, oui… Mais ce serait encore mieux face à face… Non ? Tu crois pas ? »

Si je voulais qu’il s’occupe de moi… Il demandait pas mieux Armand… Oui, mais non… Non… Une autre fois… Parce qu’après une journée comme celle que je venais de passer… Fallait quand  même souffler un peu de temps en temps… Mais s’il voulait dormir avec moi par contre… Il ne se l’est pas fait dire deux fois… Il est venu se blottir contre moi…

Je me suis réveillée en sursaut… Quelque chose de chaud me coulait dans le cou… Des larmes… Ses larmes… « Vous pleurez ? » « Non… Non… C’est rien… » « Mais si ! Vous pleurez… Qu’est-ce qu’il y a ? C’est quoi ce gros chagrin ? » « Non… C’est que… À la mi-juillet on est déjà… Et je me disais… Vous allez repartir… » « Hein ? Oh, mais fin août… C’est loin… Vous allez pas vous prendre la tête comme ça un mois et demi à l’avance… » « Je vous verrai plus… Plus jamais… Ce sera fini… » « Ça, vous en savez rien du tout… Personne sait de quoi c’est fait l’avenir… Peut-être que l’année prochaine je reviendrai travailler ici… » « C’est vrai ? » « Si c’est possible, oui, il y a toutes les chances… » « Je ferai tout pour que ça le soit… Ça le sera… » « Et puis même… Je passerai dans l’intervalle de temps en temps… Je viendrai vous faire un petit coucou… » « Promis ? » « Promis… » « Je suis heureux… Très… » Et il s’est rendormi contre moi…