Mercredi 18 juillet 2012

« Alors ? Vous l’avez le matériel ? » « Pas encore, non ! Je sais pas ce qu’ils foutent… » « Non… Parce qu’il piaffe d’impatience le Rémi… Maintenant que je lui en ai parlé, il arrête pas de me demander… “C’est quand que ça arrive ? Elle t’a pas dit ? Tu vas voir qu’on sera repartis que ce sera pas encore arrivé…” Et en même temps ça lui fout une de ces trouilles… “T’imagines que j’arrive pas à bander… Comme par hasard justement ce jour-là… Ça se peut, hein ! Surtout si c’est froid le gel qu’il faut  mettre… Alors ça, c’est un truc, si c’est froid, je vais forcément retomber…” Et je peux te dire que ça le travaille… » « T’inquiète… Il bandera… » « T’as l’air bien sûre de toi… » « On est deux… Si à deux on arrive pas à le faire bander… Non… Et puis il serait bien le premier… Tous ils réagissent comme ça au début, mais au final… » « T’en as moulé souvent ? » « Jamais… » « Mais alors ? » « J’ai une copine, c’est sa grande passion de les dupliquer les mecs… Plus de soixante elle en a fait… Elle me prévient des fois… Pour que je vienne assister… Alors je peux te dire que je suis opérationnelle depuis le temps… À force de la voir faire… » « Et elle les trouve où tous ces types ? » « Dès qu’on a l’air de s’intéresser d’un peu près à sa queue, on en fait tout ce qu’on veut un mec… »

Elle s’est adossée à la porte la femme… « Je la veux… Tant que je l’aurai pas, vous sortirez pas d’ici… » « Tant que vous aurez pas quoi ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? » « Son adresse à Hervé… Il me la faut… » « Non, mais vous croyez quoi ? Que je me balade avec ? » « Alors allez me la chercher ! S’il vous plaît ! C’est important… » « Mais on l’a pas… On flique pas les gens, nous, ici… » « Il a bien fait un chèque… Quelque chose… Je sais pas, moi ! » « Si c’est le cas, il est déjà encaissé… Et puis, de toute façon, on vous la donnerait pas… » Elle s’est écroulée sur le lit… « Qu’est-ce que je vais devenir, moi ? Non, mais qu’est-ce que je vais devenir ? » « Vous êtes pas la première à vous faire plaquer… Vous vous en remettrez… » « Non, je m’en remettrai pas…Non… Vous vous rendez pas compte, vous… C’était l’homme de ma vie… Je l’avais enfin rencontré… Et deux jours après faut qu’il foute le camp… Oh, mais je le retrouverai… J’y mettrai le temps qu’il faudra, mais je vais le retrouver… Sa voiture ! » « Quoi ? Sa voiture ? » « Je l’ai en photo… De face… Donc j’ai le numéro… Et avec le numéro… Je sais comment faire… Faites-moi préparer la note… Dans un quart d’heure je suis partie… » Eh ben ! Il a pas fini de s’en voir le pauvre…

« Je peux te demander, Manon ? Parce qu’il y a un truc qui me trotte, là… Barnabé, c’est ton copain ou c’est seulement un copain ? » « Bonne question… Disons que c’est un compromis entre les deux… Pourquoi ? » « Parce que… depuis qu’on fait des trucs avec sa queue, j’arrête pas de me le convoquer et d’imaginer dessus… Des choses… Enfin des choses… Ça va vraiment loin… Et ça me gêne par rapport à toi… Parce que si c’est vraiment ton copain… » « Qu’est-ce ça peut foutre ? Ce qui se passe dans ta tête ça regarde que toi… » « Oui, mais quand même… » « Non, mais alors là, vas-y ! Fais-toi plaisir… Tant que tu veux… C’est sûrement pas moi qui vais y trouver quoi que ce soit à redire… » « Je me reconnais plus en ce moment… Avant je m’en choisissais un de type…Un seul… Avec qui je restais… Trois jours… Un mois… Quelquefois plus… Ça dépendait… C’est seulement quand j’en avais fini avec lui que je passais à un autre… Tandis que là, maintenant, ça part dans tous les sens… Ça fait ce que ça veut… Il y a les deux autres, là, à côté… Il y a Rémi… Il y a Barnabé… Et tout ça, ça se mélange à qui mieux mieux… » « C’est-à-dire ? » « Ben, je les mets ensemble… Je leur fais faire des trucs entre mecs, quoi ! Pourquoi tu te marres ? » « Parce que… Je t’expliquerai… Quand on aura un peu plus de temps devant nous… Ça risque d’être long… Et faut que je continue à porter mes petits déjeuners si je veux pas me faire engueuler… »

Alexandra était toute seule… « Ah, ben oui… Oui… Ils sont repartis… Ils ont de la route encore…S’ils veulent être à Munich la semaine prochaine… Ça fait un bout à pied… Mais ils garderont un excellent souvenir de leur étape ici, je crois… Et moi aussi… Parce que, en douce, comment elle m’a débridée votre copine Angèle… J’ose maintenant… Vous m’auriez vue lundi en rando tous les trois ! Franco j’y suis allée… Dès qu’il a eu proposé de faire une pause Théo… On s’est allongés dans l’herbe… Je me suis servie de sa cuisse comme oreiller… Du ventre de Clément comme repose-pieds… J’ai bougé en haut… J’ai bougé en bas… Effleuré… Comme sans y prendre garde… Ça a réagi… J’y suis revenue… J’ai insisté… Ils ont carrément bandé… Tous les deux… Je me suis délibérément appuyée… Installée… Enhardie… Je me suis insinuée dans le short de Théo… J’ai longuement palpé… Malaxé… Sorti… J’ai refermé mes lèvres dessus… Il a presque aussitôt giclé… Et puis, juste après, Clément… Qui me l’a tendue, implorant… Qui me l’a offerte… Elle a eu ce qu’elle voulait… On a fait une autre pause un peu plus loin… Au cours de laquelle je les ai laissés se montrer beaucoup plus intrusifs… Une troisième… Et puis la nuit… Toute la nuit… Jusqu’au petit matin… Ils sont partis… Mais pas besoin de vous en faire que je vais pas m’arrêter en si bon chemin… Maintenant que la mécanique est lancée… Et que j’ose oser… Ils ont qu’à bien se tenir les mecs… Parce qu’il y en a un paquet qui va passer à la casserole… »

« La v’là » Et la fille, à la 401, a voulu rabattre le drap… Auquel le type s’est accroché comme un désespéré… « Allez ! Montre-lui, quoi ! Elle a pas bien pu en profiter hier… Tu veux pas ? Eh, bien c’est ce qu’on va voir… » « Ah, non, hein ! Pas les chatouilles ! Pas les chatouilles ! » « Eh, si ! » Elle s’est jetée sur lui… Qui s’est débattu comme un beau diable… « Non ! Arrête ! Arrête ! Je supporte pas… » « Raison de plus ! » Et elle s’est ruée à l’assaut… Les côtes… Il a lâché… Le dessous des bras… « Non… Non… Je ferai ce que tu voudras… » Elle a repoussé le drap au pied du lit… Il s’est précipitamment mis sur le ventre… « Tourne-toi ! De l’autre côté… Tourne-toi ou je te fais la plante des pieds… » « Ah, non ! Pas ça ! » Elle a escaladé un mollet… Du bout des doigts… S’en est approchée… Il a obtempéré… S’est remis sur le dos… « Ah, ben voilà ! Tu vois quand tu veux… » Elle m’a fait signe… « Venez ! Venez la lui reluquer de près… Faut absolument qu’il s’habitue… Qu’il me flanque pas la honte comme ça chaque fois qu’on aura l’occasion d’être à poil quelque part… »

« Tu vas dire que je suis complètement tordue, mais tu sais ce que je pensais qui serait bien ? Ce serait qu’on se branche en vidéo avec ton copain Barnabé… Et qu’on le regarde faire pendant qu’il nous regarde faire… Ce serait pas mal, non ? » « Oh, si, oui… Ben le mieux… Tu sais pas ? On va l’appeler… » « Tu vas pas lui dire que c’est moi qu’ai eu l’idée ? » « Bien sûr que si ! Il va adorer… Attends ! Écoute ! Je mets le haut-parleur… Barna ? Oui… C’est nous… Tu sais de quoi elle a envie Christa ? Qu’on se regarde par Internet… C’est pas une bonne idée, ça ? » « Oui… Oui… » « T’as pas l’air vraiment enthousiaste… » « Si ! Mais pas tout de suite… Mais pas déjà…Un autre jour… Une autre fois… Ce que je préfèrerais, moi, aujourd’hui, c’est une photo de sa petite frimousse à Christa… » « Seulement de sa frimousse ? » « Si elle insiste pour m’envoyer autre chose, moi, je demande pas mieux, hein… » « Tu fais allusion à quoi ? » « Devine… » « Elle rit… Elle en était sûre que t’allais le vouloir ça… Elle a rien contre… Alors le temps de le lui photographier et je te l’envoie… Sûr qu’il va te plaire… Il est tout lisse… Tout à découvert… Avec juste un joli petit toupet de poils au-dessus… » « Dépêche-toi ! J’ai hâte… » « Attends… Elle me dit un truc… Quoi ? Ah, oui… Oui… Elle veut quelque chose en échange… Oh là ! Mais il y en a toute une liste… D’abord ta trombine… Bon, mais ça j’ai déjà en stock… Je lui passerai… Ensuite ton attirail… Apparemment que le duplicata lui suffit pas… Elle veut l’original… Et puis tes fesses… Elle y tient… Énormément… Les fesses des mecs, c’est un truc, ça, pour elle… Allez, envoie ! Toi d’abord… Preum… Ben alors ! Qu’est-ce tu fabriques ? Ah, ça y est ! Hola !Doucement, toi ! Oh, l’autre ! Elle se jette là-dessus comme la misère sur le monde… Ben oui, je te l’avais dit qu’elles étaient à croquer ses petites fesses… Oui… Je te l’avais pas dit ? » « Bon, les filles, vous êtes gentilles, mais moi j’attends là… » « Elle est occupée… Elle contemple… Et, à mon avis, elle en a pour un moment… Alors tu sais pas le mieux ? On t’enverra demain, nous… Au calme… » « Hein ? Mais c’est dégueulasse… » « Au contraire… Tu vas avoir tout le temps d’en avoir envie… Ce n’en sera que meilleur… » « Vous êtes deux belles garces, oui… » « C’est ce qui fait tout notre charme… »